Étiquettes : le 3 août 2008

Je me souviens de ma première radio, un petit poste noir qui tenait presque dans la main. Je le cachais sous mon traversin pour l’écouter en cachette avant de m’endormir, et quand je me réveillais le lendemain matin, les piles étaient mortes.

Premières fois | Première radio | 3 Comments »

3 Réponse à “Première radio”

  1. Moi, c’était un petit transistor japonais, orange, que j’écoutais la nuit, je me souviens de l’émission de Luc Bérimont qui se terminait par « vive la poésie », je me souviens de Viki Messica lisant ou récitant Booz endormi, que j’entendais ainsi »beaux endormis »avant de reconnaître le poème de Victor Hugo, et j’étais presque déçue,tant ce titre erroné me plaisait .

  2. C’est vrai que Beaux endormis, c’est quand même plus pimpant…
    ça me rappelle que Booz endormi est cité dans un roman de Fred Vargas, Sous les vents de Neptune, il me semble. C’est la fin du poème :

    Quel dieu, quel moissonneur de l’éternel été,
    Avait, en s’en allant, négligemment jeté
    Cette faucille d’or dans le champ des étoiles.

    (Je suis allé la chercher sur le Web, je ne l’avais pas en tête…) On rencontre ce passage à plusieurs reprises dans le livre, un peu comme un leitmotiv.

  3. Intéressant …
    Je n’ai pas lu ce roman de Fred Vargas…

Écrire un commentaire

- conditions d'utilisation - Confidentialité